5 juin 2012

Manon des sources : tragédie provencale

Marcel PAGNOL, 1963

L'eau des Collines, T.2


Résumé: Après la mort du bossu, Ugolin reprend la ferme pour y réaliser son rêve: faire fortune en cultivant des œillets. Mais Manon, la fille de Jean de Florette est bien décidée à venger la mort de son père.

Il y a quelques semaines, je postais sur ce blog un billet au sujet de Jean de Florette, bien décidée à trouver Manon des sources pour connaitre la fin de l'histoire des Soubeyran. C'est au détour d'un stand de bouquiniste que je l'ai trouvé et je me suis bien sûre empressée de l'acheter.

Dans Manon des Sources, on retrouve des motifs qui me plaisent et que j'ai développés dans Jean de Florette, le thème de la nature et la description des collines. Mais si Jean de Florette se concentrait sur Ugolin, le Papet et le bossu, dans ce deuxième tome on découvre un peu plus la vie du village. On apprend à connaitre les différents villageois et de nouveaux personnages (très attachants comme l'instituteur et sa mère) entrent en scène.

On découvre également un genre nouveau, celui de la tragédie. En effet, Manon des Sources est pour moi une véritable tragédie grecque. On y retrouve les même motifs: la faute et sa punition puis le pardon. Ce roman est aussi le roman de l'amour, qu'il soit doux et sincère entre Manon et Bernard ou désespéré en ce qui concerne Ugolin. Pagnol décrit d'ailleurs parfaitement la naissance de cet amour impossible conduisant un homme dans une folie profonde. L'expression "amour fou" prend ici tout son sens !

Finalement, cette  œuvre dépeint parfaitement la vie et les Hommes. Orgueil, bonté, vengeance, volonté, amour, avarice, rires, larmes, terre, ciel, c'est toute l'humanité que l'on retrouve dans L'eau des Collines.

________________________________

"Il était prit dans le mystère d'une peur émerveillée: le menton dans une lavande, il entendait battre son cœur, et il sentait obscurément que cette dansante fille, encore fraiche de l'eau lustrale de la pluie, était la divinité des collines, de la pinède et du printemps."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire